Français Anglais

Parlons vaccination

Avec le Dr Nicolas MARTINEZ Vétérinaire à Nice


Depuis des années, la profession vétérinaire est confrontée à une suspicion d'excès de vaccination dans le monde animal. Je suis confronté tous les jours à des propriétaires qui sont contre la vaccination, d'autres qui font confiance à la vaccination pour leur animal.
Il était à espérer qu'un consensus officiel vienne un jour faire un tri. C'est chose faite depuis janvier 2016 : dans le « Journal of Small animal practice, volume 57 », un groupe de vétérinaires expert nous a offert un « guide de bonnes pratiques de la vaccination du chien et du chat de par le monde ».
Voici un résumé des réponses apportées à nos questions.

La vaccination est-elle importante ?
La question ne se pose pas! Les maladies pour lesquelles on vaccine nos animaux sont mortelles et détrompez-vous, elles n'ont pas disparu. Dans un monde où l'utilisation des antibiotiques est excessive, la vaccination, en empêchant l'apparition des maladies, nous permet de moins médicaliser nos animaux. Par conséquent les vaccins, en protégeant vos animaux, protègent également la santé humaine. Cependant la vaccination, les protocoles vaccinaux, doivent effectivement être adaptés afin de diminuer le nombre de vaccins pour nos animaux pour minimiser au maximum les effets secondaires.

Contre quoi faut-il vacciner mon chien et mon chat ?
Certains vaccins sont considérés comme essentiels dans ce guide : 
chez le chien : maladie de Carré, parvovirose et Herpèsvirus canin
chez le chat : typhus, coryza et calicivirose
Selon les régions du monde, il faut rajouter la Leptospirose et la Leishmaniose pour le chien. Selon le mode de vie du chat, il faut rajouter la leucose.
Selon la loi (chiens de catégorie ou déplacements à l'étranger), il faut rajouter la rage.

A partir de quel âge doit-on vacciner ?
La première injection commence à 8 semaines (un peu plus tôt dans les élevages et chenils).
La deuxième injection est à 12 semaines.
Ce consensus là, tous les vétérinaires de France l'appliquent et il est classiquement approuvé par les écoles vétérinaires.
Le Guide de bonnes pratiques conseille une primo-vaccination un peu plus agressive. Il propose même des rappels toutes les 2 semaines jusqu'à 16 semaines et 1 injection dite « booster » à 6 mois. 
Dans la pratique, c'est à adapter en fonction du contexte.

A quelle fréquence doit-on vacciner son chien?
C'est la question actuelle. J'ai depuis longtemps vu et lu sur Internet des articles, des discussions de forums,... , expliquant que les vétérinaires survaccinaient pour des raisons financières. Il est important de casser cette idée reçue. Le vétérinaire a des contraintes légales fixées par les AMM (autorisations de mise sur le marché) des médicaments qu'il prescrit. La durée de vie d'un vaccin n'est absolument pas définie par le vétérinaire, mais par le laboratoire qui a validé son produit pour le marché Français. Oui, certains vaccins ont des durées d'action plus longues dans d'autres pays d'Europe, mais le vétérinaire praticien a l'obligation de respecter la loi de son pays d'exercice. Je pourrais vous faire la comparaison avec le cannabis et la Hollande, mais je crois que vous avez compris le principe... Il faut différencier dans la durée de vie de la vaccination la maladie de Carré, l'hépatite et la Parvovirose (CHP), du reste.
Pour CHP, la plupart des vaccins Français ont une durée de vie est d'un an. Un seul vaccin sur le marché Français possède une durée de vie de 3 ans. C'est le vaccin que j'utilise depuis 2 ans déjà. 
Les vétérinaires ayant rédigé le guide pratique de la vaccination admettent officiellement que la durée de vie de CHP est de 3 ans mais ce protocole devrait être validé par accord écrit entre le propriétaire et son vétérinaire lors de l'utilisation d'un vaccin valable un an car en cas de maladie, seul le vétérinaire sera responsable car il aurait du se conformer à la notice d'utilisation du vaccin.
2 solutions : utiliser un vaccin avec une durée de vie de 3 ans, ou obtenir un consentement éclairé de la part du propriétaire pour ne vacciner que tous les 3 ans ; dans le cas contraire le vétérinaire est obligé de respecter la législation...
Pour les autres maladies : Leptospirose et Leishmaniose, le rappel annuel est obligatoire.
Pour la rage, un seul laboratoire en France a également un vaccin avec une durée de vie de 3 ans après le premier rappel. Dans le cas de la rage, il n'y a pas d'accord possible entre le propriétaire et le vétérinaire, seules la législation du pays et la notice d'utilisation du laboratoire font référence.

A quelle fréquence doit on vacciner son chat ?
Le guide de bonnes pratiques justifie l'utilisation du vaccin annuel chez le chat d'extérieur. Un protocole allégé tous les 3 ans pour le chat d'intérieur peut être envisagé, mais là aussi en dehors des recommandations du laboratoire.
Pour la rage, le raisonnement est le même que chez le chien.
Pour les chats qui sortent, un vaccin annuel contre la leucose doit être rajouté.

Qu'en est-il des nouveaux vaccins Leptospirose ?
La maladie a évolué (pensez à la grippe et ses différentes souches) : on vaccinait avant contre 2 souches de la Leptospirose : souches 1 et 2. De nouveaux vaccins ont vu le jour depuis 2014 contre les souches 3 et ou 4 qui sont maintenant les vraies responsables de la maladie.
Parlez en à votre vétérinaire car il faut réadapter le protocole de vaccination contre la Leptospirose la première année (2 injections à 4 semaines d'intervalle) puis effectuer un rappel annuel classique.


En conclusion, on peut noter que la tendance va vers la rationalisation de la vaccination. Les écoles vétérinaires travaillant avec moins de contraintes liées à la législation appliquent des protocoles de plus en plus allégés et forment ainsi la nouvelle génération de vétérinaires à une vaccination plus raisonnée.
Les consommateurs, c'est à dire vous, obligent les laboratoires à s'adapter, regardez l'exemple des croquettes sans céréales... Les premiers laboratoires à avoir obtenu des vaccins de 3 ans, vont obliger les concurrents à suivre le chemin... 
Nous allons donc dans le bon sens et je pense que dans quelques années tous les protocoles seront allégés afin de garantir un pôle d'animaux vaccinés tout en évitant l'excès de ces dernières années.